Crise postélectorale/ Pour recel de fonds volés Le paquet demande à Paris d’arrêter Calixthe Beyala Elle a perçu la somme de 134.471.185 C FA

Publié le par patricknguessan

Le Juge d’instruction  a  transmis au ministère de la Justice une commission rogatoire destinée aux autorités judiciaires françaises aux fins d’inculpation Mme  Calixthe Beyala, l’écrivaine franco-camerounaise pour des faits de recel de fonds volés ou détournés et de blanchiment de capitaux. En effet, les résultats partiels des investigations menées dans des banques de la place révèlent que les 14, 15 et 17 Décembre 2010, c’est-à-dire en pleine crise postélectorale, cette femme a perçu, sur ordre de madame Appiah née Ehouman Bertine fille de  Simone Gbagbo, les sommes respectives de 49.941.830 F CFA, 6.697.044 F CFA, 39.692.264 FCA et 39.692.264 F CFA soit la somme totale de 134.471.185 C FA, équivalant à 205.000 Euros, pour le règlement de prétendus «droits d’auteur ». A en croire à la déclaration du porte-parole du Paquet, Mme Coulibaly  Habiba,  ces fonds ont été prélevés sur des comptes logés à la banque pour le financement de l’agriculture (Bfa) et appartenaient à la Compagnie Ivoirienne de Crédit et d’Epargne (Cice) dirigée par Mme Appiah. On se souvient de ces déclarations pendant la crise post électorale, Calixthe Beyala avait déclaré que «Gbagbo et son peuple se battront jusqu’au bout». «je crois tout simplement qu’Alassane est pour les occidentaux l’homme de confiance et que pour atteindre leur objectifs, à savoir lui faire revêtir le costume de président de la Côte d’ivoire, ils sont prêts à tous…», a insisté la romancière camerounaise. Il convient de préciser également que 24 personnes font l’objet de mandats d’arrêt internationaux. Celui décerné contre Moise Lida Kouassi a été exécuté positivement par les autorités judiciaires Togolaises. Concernant  les infractions contre la sureté de l’Etat, 6 personnes ont été inculpées et placées en détention préventive, portant ainsi le nombre de personnes inculpés à 70. En outre, le juge d’Instruction a procédé à l’interrogatoire au fond des inculpés Affi N’guessan et Michel Gbagbo. Le juge de l’instruction se rendra la semaine prochaine à Bouna pour interroger les autres prévenus.

PATRICK N’GUESSAN

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article