Ouattara-Bédié/ Le dialogue permanent

Publié le par patricknguessan

En trois ans de gestion du pouvoir, Alassane Ouattara tient toujours ses promesses de campagne envers ses alliés du RHDP. Déclarant le 10 novembre 2010 que « Henri Konan Bédié sera le Julius Nyéreré » ivoirien, le Chef de l’Etat continue de  gouverner sous l’autorité de son « ainé ».

Dans son discours d’investiture, en sa qualité de «candidat du RHDP», prononcé le mercredi 10 novembre 2010 à la maison du PDCI-RDA à Cocody, Alassane Ouattara s’est voulu clair, comme du cristal, quant au rôle suprêmement important que jouera  Henri Bédié en Côte d’Ivoire. «Être houphouëtiste, c’est tenir ses engagements à l’endroit de nos compatriotes, mais aussi envers nous-mêmes, à travers la gestion commune du pouvoir par une distribution équitable et juste des postes ministériels et électifs, sous l’autorité du Président Henri Konan Bédié. Vous pouvez me faire confiance.... Le Président Bédié est mon ainé... Président Bédié, je serai sous votre autorité. Je voudrais rappeler à certains historiens démagogues que pendant des décennies en Tanzanie, les Chefs de l’État, étaient sous l’autorité du Président Julius Nyereré. Je travaillerai sous votre autorité pour gérer la Côte d’Ivoire. Vous pouvez me faire confiance, je n’aurai pas deux bouches comme certains », a dit l’ancien et unique Premier d’Houpouët-Boigny. Qui s’était engagé à ramener la famille houphouëtiste au pouvoir d’Etat.  Le candidat du RHDP d’alors, qui, dans un discours particulièrement dithyrambique a salué en Bédié, son « sens élevé de la patrie, un homme investi du sens de l’honneur, un homme d’Etat, de parole et de paix » veut donc lui confier « les réalités du pouvoir d’État ». Le « Sphinx » de Daoukro devrait donc être « le pilier central » du régime Alassane Ouattara, si le RHDP, mais beaucoup plus le PDCI, venait à le faire « Roi ». Il sera le véritable garant moral des nouvelles Institutions de la République, l’homme par qui toutes les grandes décisions engageant la vie de la nation devraient passer, selon des dignitaires du RHDP. Ce sera une sorte de réhabilitation de Bédié par Alassane Ouattara dont le nom, à tort ou à raison, avait circulé, avec insistance, derrière le coup d’Etat de 1999. Elu président de  la République, Alassane Ouattara tient sa promesse. Il n’a pas « deux bouches comme certains ». Bédié est  donc à l’image de Julius Kambarage Nyeréré... L’ex-président de la République unie de Tanzanie (1964-1985), dont Ouattara Alassane a évoqué lors de son investiture comme candidat du RHDP, qui exerçait d’essentielles missions consultatives auprès des gouvernements successifs de son pays jusqu’à sa mort. De sa fonction, il permettait au gouvernement et au chef de l’Etat d’être éclairés sur un certain nombre de sujets liés à la marche de la Tanzanie. C’est ce rôle éminemment important que Ouattara Alassane a confié à son « aîné », le président Henri Konan Bédié, « avec tous les avantages liées à cette charge ». Chose promise, chose due. Après son l’investiture d’Alassane Ouattara, le président Henri  Konan Bédié a été plusieurs fois consultés sur des sujets touchant le fonctionnement de l’Etat par le président de la République. En effet, le 17 juin 2011, le président de la République, Alassane Ouattara et le président Bédié ont eu une réunion à  Daoukro qui a eu un double caractère « fraternel et familial » : les deux personnalités, Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié se sont enfermées, dans la résidence officielle du second, pour des échanges francs- loin des indiscrétions-passée une première phase d’accueil et de civilités africaines. Alassane Ouattara, président de la République a expliqué à la presse qu’avec son «aîné», ils ont abordé des questions qui touchent à la vie de la nation : sécurisation du territoire, réformes en vue et les élections législatives. Ils ont planché ensuite sur la « nécessité de renforcer le dispositif (sécuritaire) mis en place, faire en sorte que la tranquillité revienne sur Abidjan». « Nous avons évoqué les grandes réformes qui nous attendent : que ce soit au niveau de l’armée, de la gendarmerie, de la police », a  dit  le chef de l’Etat en substance. Le lundi 30 novembre 2011, le Chef de l’Etat, Alassane Ouattara s’est déplacé au domicile de son « ainé » Henri Konan Bédié à Cocody-les Ambassades. Pour la premières fois, les deux têtes fortes du RHDP ont eu un entretien officiel. Sans compter les nombreux coups de fil entre les deux  hommes. Lors de cette rencontre, Ouattara et Bédié ont  évoqué les sujets liés à l’organisation des législatives prévues  à cet effet au 11 décembre 2011. Ils  ont parlé de la participation du FPI aux élections législatives de décembre 2011.  Initialement prévue  le dimanche 18 novembre, la rencontre   entre Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié, s’est en fin de compte tenue, le lundi 19 novembre 2012. Les deux hommes se sont alors barricadés pour un huis clos qui n’aura duré que 25 minutes. Cet entretien faisait suite à la dissolution du gouvernement Ahoussou. Alassane Ouattara était  allé consulter son « Julius Kambarage Nyeréré » pour la formation d’un autre gouvernement. La démarche du président Ouattara auprès de son «ainé» a permis de taire les folles rumeurs sur un probable éclatement du RHDP. La méthode Ouattara a permis de consolider l‘alliance. Mais, surtout de mettre fin à cette crise Institutionnelle, née du refus des députés du groupe parlementaire PDCI-RDA de voter une loi sur le mariage ( ?!). Fidèle à sa démarche consultative et fédératrice, le président de la République, Alassane Ouattara, s’est rendu à la résidence privée de son « ainé » à Cocody-les Ambassades.  Plusieurs questions touchant à la vie de la nation ont été abordées. AlassaneOuattara a indiqué être venu faire le point de la situation nationale au président Henri Konan Bédié. Toutefois,  Il a également  évoqué avec lui les relations internationales, notamment la situation au Mali. Concernant,  la situation nationale, les deux personnalités ont longuement échangé sur le dialogue politique avec l’opposition. Le Président Ouattara a affiché son désir ardent ainsi que sa détermination à continuer ce dialogue et à le renforcer. S’agissant de la situation économique du pays, le président Alassane Ouattara a souligné qu’elle est très bonne et, par conséquent, elle offre de bonnes perspectives pour les Ivoiriens. Pour terminer sur ce sujet, le chef de l’Etat a souhaité que le pays sorte de la situation d’ambiguïté actuelle et  souligné que la reconstruction du pays a bien démarré. Entre le président Alassane Ouattara et son « ainé » Henri Konan Bédié, c’est, tout bien calculé, l‘accord parfait.

 

Patrick N’GUESSAN 

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article