Une rebellion armée contre Alassane Ouattara voit le jour. Communique du (MSD-CI), Major Bamba "Nous frapperons très bientôt ce régime moribond et tribaliste, et il tombera"

Publié le par patricknguessan

militaire.jpgLe 15 octobre 2011 par IvoireBusiness - COMMUNIQUE DU MOUVEMENT POUR LA SOUVERAINETE ET LA DEMOCRATIE EN CÔTE D'IVOIRE (MSD-CI)

Nous militaires ivoiriens exilés partout en Afrique, en Europe et aux Etats unis, avons décidé de la création du Mouvement pour la

Souveraineté et la Défense de la Côte d’Ivoire (MSD-CI), pour engager la lutte armée contre le régime moribond et tribaliste d’Alassane Ouattara, représentant des intérêts impérialistes français en Côte d’Ivoire.

Les armes se sont imposées à nous car Alassane Ouattara ne comprend que le langage des armes et de la violence.

Depuis son arrivée au pouvoir dans les fourgons blindés de la France et de l’Onuci, il ne pratique que la politique de la vengeance et de la chasse aux sorcières contre tous les pro-Gbagbo, et contre tous ceux qui ne l’ont pas voté. Par son attitude belliqueuse de chasse aux sorcières et d’épuration ethnique systématique, il montre qu’il n’est pas un chef d’Etat, mais un chef de Bande, mis en place uniquement pour la satisfaction des intérêts des nordistes au détriment de ceux des autres peuples ivoiriens.

Nous militaires ivoiriens exilés déclarons que par sa politique de division et d’arrestations arbitraires, Alassane Ouattara n’est pas apte à diriger la Côte d’Ivoire.

Nous MSD-CI, soucieux du dialogue et de la paix nécessaires à tout développement avons pourtant tendu la main à Alassane Ouattara. C’est la raison pour laquelle nous avons accepté que le Colonel Major Konan Boniface, Commandant de l’unité d’élite des fusiliers marins commandos (FUMACO) et une dizaine d’officiers signent le 29 juillet dernier à Accra, un accord avec les envoyés d’Alassane Ouattara, accord ayant abouti au retour de ces militaires au pays.
Mais ces frères d’armes ont été bernés par Alassane Ouattara qui est resté sourd au dialogue.
Toutes les promesses faites n’ont pas été tenues. Konan Boniface et ses camarades n’ont pas reçus à ce jour leurs salaires de militaires.
Alassane Ouattara ne les jamais reçus en audience pour entamer le dialogue direct.
Ces frères d’armes sont même interdits de sortie du territoire national. Ils sont de fait en résidence surveillée.

Nous militaires du MSD avons condamné les propos tenus par Alassane Ouattara lors de sa récente visite au Ghana, chez le Président Atta Mills. Propos dans lesquels il demandait au Président ghanéen d’exécuter les mandats d’arrêt internationaux lancés par lui contre tous les pro-Gbagbo en exil dans ce pays frère et ami.
Le Président Mills, en chef d’Etat digne, a opposé une fin de non-recevoir à la demande d’Alassane Ouattara.

Nous militaires du MSD-CI, pensons que la réconciliation prônée par ce dernier est un leurre pour lui permettre d’asseoir son pouvoir, et tuer définitivement la démocratie et la souveraineté de la Côte d’Ivoire.

C’est pourquoi, nous militaires du MSD-CI, avons décidé de prendre les armes contre ce régime moribond et tribaliste d’Alassane Ouattara qui n’est pas apte à apporter le développement au peuple ivoirien.
Nous frapperons très bientôt le régime moribond et corrompu de Ouattara, et il tombera à coup sûr.
Nous MSD-CI, revendiquons l’attaque du 15-16 septembre dernier à Taï, ville frontalière du Liberia, attaque au cours de laquelle 200 FRCI de Ouattara ont été tués. Cette attaque avait pour nous valeur de test, avant les opérations militaires de grandes envergures.

Notre armement militaire est déjà présent et disposé sur tout le territoire ivoirien, du Nord au Sud, et de l’Est à l’Ouest.
Notre arsenal aérien est aussi en état d’alerte maximal.
C’est pourquoi nous, MSD-CI, lançons un appel à tous les militaires progressistes, afin qu’ils nous rejoignent dans notre combat.
Peuple de Côte d’Ivoire, l’heure de ta libération a sonné. Les jours du régime moribond d’Alassane Ouattara sont comptés.

Vive la Côte d’Ivoire
Vive le MSD-CI

Le président du MSD-CI
Major Bamba depuis la Gambie

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article