Situation sécuritaire à l’Ouest/ Msf “très préoccupé“ par la situation humanitaire

Publié le par patricknguessan

L’organisation non gouvernementale (Ong) Médecins sans frontières (Msf) est très préoccupée par la situation humanitaire dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire où elle a noté des “violences contre les populations“ constituant des freins à l’accès aux soins de santé, a dit, mardi, son chef de mission, Issiaka Abdou. “Nous sommes très préoccupés par la situation sécuritaire dans l’Ouest sur l`axe Taï-Duékoué-Guiglo, près de la frontière libérienne’’, a affirmé Issiaka Abdou, chef de mission de Msf-France, lors d`une conférence de presse à Abidjan. “La situation humanitaire dans l`Ouest de la Côte d`Ivoire est très préoccupante“ et “les besoins en médicaments ne cessent de s`accroître“, a-t-il indiqué. L`Ong qui a mobilisé près de 800 personnes, a noté des “violences perpétrées contre les populations par des hommes en armes“ et Des “barrages anarchiques“ posant “des problèmes d`accès aux centres de santé“, a encore souligné M. Abdou.  « Il était 1 heure du matin. Nous étions tous endormis et ils nous ont pris par surprise. J’ai entendu des tirs et des cris et nous nous sommes enfuis en courant pour nous cacher dans la brousse. Alors que nous courions, ils ont tiré sur ma femme, dans son dos. Elle a été tuée… » L’attaque  a été relatée  l’Ong  Human Rights Watch, et s’est produite le 15 septembre, dans le village de Ziriglo, dans la région de Taï. Msf y dénonce également “un manque réel d`humanitaire sur l`axe Taï-Tabou  dans le Sud-Ouest, le long de la frontière avec le Liberia  où plus de 25 cas de viol ont été enregistrés“. Elle a fait vingt-trois morts, selon un bilan officiel. Sur les lieux du massacre, le ministre de la défense Paul Koffi Koffi avait  mis en cause des miliciens pro-Gbagbo, et  a promis« de prendre le taureau par les cornes ». Aujourd’hui encore, les populations continuent de craindre des attaques armées.     Le président de la République, Alassane Ouattara,  doit effectuer, dans cette région, sa première visite  d’Etat à l`intérieur du pays du 13 au 15 octobre depuis sa prise de pouvoir en avril. A quelque jours, il y a beaucoup de mouvements dans le Moyen-Cavally où cadres et populations s`affairent à recevoir l`hôte de marque. En choisissant l`Ouest pour sa première visite d`Etat, le président Ouattara n`a certainement pas tiré au sort. Ce choix a été fait à dessein, eu égard au lourd tribut que les populations de cette partie de la Côte d`Ivoire ont payé de la guerre depuis l`ex-rébellion de septembre 2002 jusqu`à la récente crise postélectorale. Aussi, en se rendant dans cette région, l`on peut dire que le successeur de Laurent Gbagbo va sur les traces de milliers de victimes innocentes, martyres ou engagées, qui ont payé de diverses manières, le prix de la guerre en Côte d`Ivoire. S`il y va pour soulager ces victimes, des  dossiers ne lui échapperont pas durant son séjour. La question de l`insécurité dans la région sera abordée lors de son séjour.

Patrick N’Guessan

 

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article