ropos du Premier Ministre Jeannot Ahoussou Kouadio au terme du conseil des ministres « J’appelle tous les frères du Fpi à venir pour nous puissions bâtir la Côte d’Ivoire » « Nous avons les

Publié le par patricknguessan

Après le conseil des ministres, le premier ministre, Me Jeannot Kouadio-Ahoussou s’est  adressé à la presse le mercredi 27 juin  à Yamoussoukro. En lançant un appel au civisme et au respect du bien public.

Je suis venu juste vous annoncer la bonne la nouvelle. La bonne nouvelle c’est l’éligibilité de la Côte d’Ivoire au processus PPTE. Qui sur un stock de six mille cinq cent (6500) milliards, nous nous retrouvons aujourd’hui avec quatre mille (4000) milliards de dette effacée. Et cela est très important si vous avez suivi l’évolution de l’économie ivoirienne. Tout a commencé en 1980 avec les premières mesures d’ajustement structurelles pris par feu le président Félix Houphouët Boigny. Ces mesures ont consisté à la suppression des sociétés d’Etat, à la réduction des salaires de certains employés de ces sociétés d’Etat. Et aussi souvenons-nous que les cours de nos deux produits majeurs de l’époque, notamment le café et le cacao avaient été frappés par récession. La Côte d’Ivoire qui avait pris son envol pour être un pays émergeant s’est retrouvée à régler des difficultés. Ses difficultés structurelles ont emmené en 1989, son Excellence, feu le président Félix Houphouët Boigny à faire à appel à son Excellence Monsieur le Président de la République, Monsieur Alassane Ouattara à venir au chevet de la Côte d’Ivoire en 1989. Vous savez au début c’était un comité et à partir de 1990, le Président Alassane Ouattara s’est retrouvé Premier ministre, toujours pour contribuer à soigner l’économie ivoirienne pour le bien-être des populations. Dieu merci aujourd’hui le Président Alassane Ouattara se retrouve à la tête de la Côte d’Ivoire comme Président de la République. Si nous nous souvenons très bien, après 1995, le Président Alassane Ouattara était au Fond Monétaire International. Et cette idée, ce modèle de réduction de stocks des dettes des pays en voie de développement est l’une de ses idées fortes. C’est lui qui a mis au niveau du FMI cette mesure pour permettre aux pays fortement endettés de s’en sortir. Aujourd’hui il est à la tête de la Côte d’Ivoire et en espace d’une année, tous les efforts faits sous sa houlette, les efforts de bonne gestion du peu de ressources financières, ces efforts faits en matière de bonne gouvernance nous ont permit d’atteindre le point d’achèvement. Nous avons salué aujourd’hui le Ministre de l’Economie et des Finances, le Ministre Diby, qui a été un ouvrier, un ouvrier qui a travaillé avec méthode, qui a travaillé efficacement et discrètement pour que l’économie ivoirienne puisse atteindre ses performances pour aboutir au point d’achèvement du PPTE. Qu’est ce que nous allons faire après cela ? La vision du Président Alassane Ouattara c’est de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergeant à l’horizon 2020. Nous savons tous qu’il y a des problèmes. Des problèmes dans toutes les familles, des problèmes d’existence, des problèmes dans les secteurs d’activités économiques. Je voudrais solennellement appeler tous les ivoiriens au civisme. Au civisme du respect de la chose publique. Parce que notre faiblesse fondamentale c’est le non respect de la chose publique. Le non respect des deniers publics, le non respect des bâtiments publics, le non respect des valeurs qui ont caractérisé ce pays, qui nous ont permit d’être un pays fort à un moment donné de notre histoire. Il y a le problème de la cherté de la vie. J’aurai à faire le bilan sonore de mes 100 jours à la tête du Gouvernement et vous pourrez poser toutes les questions que vous voulez parce que le problème de la cherté de la vie sont des problèmes qui se sédimentent dans notre société. Les solutions nous les avons mais le Gouvernement seul ne peut pas mettre fin aux problèmes de la cherté de la vie. C’est ensemble dans la cohésion, c’est ensemble partageant le même point de vue, la même vision que nous pouvons mettre fin à ces problèmes de cherté de a vie. Et les exemples sont là. Nous venons du Brésil où l’ancien Président Loula en espace de 10 ans aujourd’hui a fait du Brésil la 6è puissance mondiale. Ils ont pu régler les problèmes de pauvreté, ils ont pu régler les problèmes de cherté de la vie, pour quoi pas nous ? Pour quoi pas nous, peuple ivoirien si fière, pour quoi pas nous peuple ivoirien si digne. Chers amis, chers frères et sœurs nous sommes venus vous annoncer qu’il y a eu effacement de la dette de Quatre milles milliards de francs Cfa. Nous allons respecter nos engagements. Les engagements c’est de bâtir une Côte d’Ivoire nouvelle, une Côte d’Ivoire nouvelle avec des ivoiriens nouveaux dans leur manière de se comporter. Des ivoiriens nouveaux emprunts de civisme. Nous allons respecter nos engagements de réconcilier tous les ivoiriens. Parce que sans paix, sans paix tout ça nous aurons travaillé en vain. Nous avons besoin de cohésion. Je lance encore, solennellement à toutes et à tous et à toutes, à tous les partis politiques, notamment nos frères et sœurs du Fpi, qu’ils rentrent, qu’ils viennent avec nous pour que nous bâtissions une Côte d’Ivoire où nous créons la richesse. Parce qu’on ne partage que la richesse. Oublions les décombres dans lesquels nous venons. Nous venons des décombres, soyons positifs. Forgeons positivement nos opinions vers des valeurs telles que la fraternité, parce que nous vivons dans un pays ce fraternité. Forgeons positivement nos opinions vers les valeurs telles que l’amour du prochain, le respect du prochain quelque soit nos différences politiques. Parce que la Nation nous appelle. Nous avons un grand champ, un grand champ à cultiver. Et ce champ s’appelle la Côte d’Ivoire. Pour cultiver ce grand champ, c’est ensemble que nous devons le cultiver. Ensemble avec amour et détermination que nous devons le cultiver. Mesdames et messieurs les journalistes c’était le petit point que je voulais vous dire, pour dire aux ivoiriens que la Côte d’Ivoire vient d’être allégée d’une bonne partie de sa dette. En un mot et simplement qu’est ce que cela veut dire ? Si dans une famille vous devez 100 000 F.CFA et que chaque mois on vous demande de payer 5000 F pour rembourser, aujourd’hui on vous dit vous ne payez plus 5000 F Cfa par mois mais que vous devez 1000 FCfa par mois. Voici globalement la mesure à laquelle la Côte d’Ivoire est astreinte. Comme vous payez 5000 F avant, il vous reste 4000 F et celui à qui vous devez de l’argent, il vous demande de prendre les 4000 francs et de mettre votre enfant à école. Donc la Côte d’Ivoire va construire des écoles, des universités. Pour soigner vos enfants, au lieu d’aller chez le guérisseur, envoyez vos enfants à la vaccination pour qu’il n’y ait plus de poliomyélite.  C’est ce que nous allons faire, c’est ce que le Gouvernement va faire. Je vous simplifie l’explication de ce que ça veut dire le PPTE. Et sur les quatre milles francs on vous demande de construire des routes, des pistes rurales pour que les parents qui produisent la banane, le manioc, que les routes soient bonnes et que les gros camions aillent chercher ces produits au lieu que ces produits pourrissent sur les sites de production, que tous ces produits viennent en ville pour que le prix de ces produits diminue. La responsabilité de l’Etat c’est d’aller construire les routes, la responsabilité de l’Etat, c’est de construire des écoles, la responsabilité de l’Etat c’est d’assurer la sécurité des citoyens, la responsabilité de l’Etat c’est de soigner les citoyens. Parce que nous voulons des citoyens sains, sains physiquement mais aussi sains d’esprit. C’est pour ça que nous en appelons à ce que les idées à semer des troubles, les échelles courtes pour pouvoir accéder au pouvoir ou pouvoir avoir des biens que nous arrêtons cela. Nous devons nous regarder autrement. Et si nous avons des préjugés sur certains de nos frères, nous devons laisser tomber cela. Enlever les écailles de nos yeux et regarder avec amour nos frères et nos sœurs, quelque soit leur origine, quelque soit leur provenance, quelque soit leur partie politique et religion, parce que nous avons l’obligation de bâtir une nation, une nation forte où il fait bon vivre. Je vous remercie.

Propos retranscrits parPATRICK N'GUESSAN

Commenter cet article