Primature /Soro quitte ses fonctions « Je demande pardon à la Nation »

Publié le par patricknguessan

Après avoir   été  pendant cinq ans Premier ministre, Guillaume Kigbafori Soro a  présenté  sa démission au président de la République, Alassane Ouattara, hier, au Palais de la présidence, au Plateau, à l’issue d’un Conseil des ministres  extraordinaire.

« En quittant ce jour mes fonctions de Premier ministre, ministre de la Défense, en accord et en harmonie avec son excellence le président de la République, mes premières pensées vont à l’endroit de ma famille qui a tant souffert le martyr de mes longues absences et des frayeurs », a indiqué Guillaume Soro lors d’une adresse à la presse après sa démission de la Primature. Selon lui, comme l’indique la constitution ivoirienne, les fonctions de Premier ministre et député n’étant pas cumulatives, il a préféré démissionner. Poursuivant ses propos, il a adressé une mention spéciale à ses compagnons et frères des Forces nouvelles, Mpci, Mpigo et Mjp, qui, à l’en croire, ont mené «le juste et noble combat». Ensuite, le député de Ferkessédougou a remercié toute la classe politique et le président Bédié qui l’ont soutenu. « Je veux aussi saluer tous les membres des gouvernements successifs, sans exclusion, que j’ai eu à diriger, ainsi que mes collaborateurs, civils et militaires, des différents cabinets », a ajouté M. Soro. Ensuite, l’ancien Premier ministre n’a pas manqué de faire un bref bilan de son passage à la tête de la primature ivoirienne. « Cela a permis, par les audiences foraines, de sortir près de 700 mille personnes de l’anonymat administratif. Il ( Blaise Compaoré, ndlr) nous a donné près de 6 millions de cartes d’identités, rétablissant ainsi la citoyenneté de nombreux compatriotes. Il a permis une élection transparente et démocratique et l’avènement d’un président dont la légitimité est incontestable», a souligné Guillaume Soro.

« Je veux tout simplement demander pardon à la Nation »

Conscient du fait que ces actions ont dû contrarier certaines personnes, Guillaume Soro a demandé pardon à la nation ivoirienne. « Mes décisions ont pu nuire à d’autres. Je veux tout simplement demander pardon à la Nation et à tous ceux qui ont souffert  de ma gouvernance. Je prie Dieu pour qu’ils trouvent, en ces petits mots simples, mais qui viennent du fond du cœur, l’apaisement », a confessé Guillaume Soro. Emu par ces mots, le président de la République, Alassane Ouattara, a pris « acte de la démission de son Premier ministre et de son gouvernement». Tout en louant les qualités de son « jeune frère », Guillaume  Soro. Il lui  a rendu  un vibrant hommage pour son rôle joué pour la démocratie en Côte d’Ivoire. Grâce à ses efforts, la Côte d’Ivoire a organisé des élections libres et transparentes. Sa rigueur, sa discipline et sa solidarité, à en croire le chef de l’Etat, a permis d’impulser un nouveau dynamisme à l’action gouvernementale.  Le président de la République a aussi  félicité tous les membres du gouvernement pour le travail abattu. Tout en leur souhaitant bonne chance. Tous les membres du gouvernement ont pris  part à ce  Conseil des ministres extraordinaire. Nommé chef du gouvernement par le chef de l’Etat, le 5 décembre 2010, Guillaume Soro a formé l’actuel gouvernement, le 4ème sous sa responsabilité, le 1er juin 2011. Aux côtés du président Ouattara, Guillaume Soro qui a dirigé l’ex-rébellion des Forces nouvelles, s’est engagé, avec toute l’équipe gouvernementale, à conduire le processus de réconciliation nationale et de reconstruction du pays autour de 14 axes stratégiques, à l’issue d’un séminaire tenu le 3 juin 2011. Avant d’être appelé auprès de l’actuel chef de l’Etat, dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord politique de Ouagadougou (Apo), il a été chef du gouvernement sous la présidence de l’ex-président Laurent Gbagbo, de mars 2007 à décembre 2010, rappelle-t-on. De source digne de foi, l’actuel ministre d’Etat, garde des Sceaux, Me Jeannot Ahoussou, devrait succéder à Guillaume Soro. La liste des prochains membres du gouvernement devrait être publiée  entre le mardi 13 et mercredi 14 mars.

PATRICK N’GUESSAN

Commenter cet article