Primature au Pdci / Les proches de Guillaumes Soro catégoriques : “Nous pas bouger”

Publié le par patricknguessan

Récusé pour la présidence du Parlement, pourrait-on dire, Soro Guillaume pourra-t-il réellement conserver son poste deado et soro Premier ministre? La question reste posée. Puisque le président de la République Alassane Ouattara indique clairement qu’il en discute avec le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié, à qui il avait promis ce poste pour un cadre du parti cinquantenaire, dans l’entre deux tours de la présidentielle de 2010. Selon des sources concordantes, Guillaume Soro veut réaliser une véritable OPA, c’est-à-dire, faire main basse sur la Primature. «Nous ne bougerons pas de la Primature. C’est notre butin de guerre. Pendant neuf ans, nous avons combattu Laurent Gbagbo, pour que les choses changent. On ne comprend pas pourquoi on demande à notre leader de céder son fauteuil à un cadre du Pdci-Rda», a confié un proche de Guillaume Soro sur un ton menaçant. Pour notre interlocuteur, « il n’est pas question que le secrétaire général des Forces nouvelles quitte ‘’ la Maison blanche ‘’ du Plateau ». Et notre source d’ajouter : «Nous savons que c’est une promesse de campagne du président de la République faite à son aîné Henri Konan Bédié. Mais, après le deuxième tour de la présidentielle, les choses ont changé. C’est la guerre qui a fait partir Laurent Gbagbo, non le vote des Ivoiriens. Nous avons combattu contre les miliciens. Où étaient les militants du Pdci-Rda? », s’est interrogé ce proche de Guillaume Soro. Selon lui, le chef du gouvernement a beaucoup fait, militairement, pour Ouattara, et il ne peut être remercié sans contrepartie. Alassane Ouattara, qui n’est pas prêt à engager un bras de fer avec qui que ce soit, a entrepris alors de manœuvrer, de faire du temps son allié. Il a donc prévu une rencontre avec le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié, pour parler «de cette promesse de campagne». Qui, selon des observateurs, risquerait de jeter un froid entre ces deux hommes qui se vouent un respect mutuel.
PATRICK N’GUESSAN

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article