Paiement des soldes des Frci à partir de septembre Paul Koffi Koffi « voici pourquoi nous payons main à main »

Publié le par patricknguessan

Le ministre auprès du président de la République chargé de la défense, Paul Koffi Koffi a rencontré le mercredi 12 septembre   le directeur de sécurité militaire et de renseignement humain de la défense des Usa, le vice-Amiral Bradley R. Gerke au Plateau.   Selon le ministre chargé de la défense,  cette visite s’inscrit dans le cadre des relations habituelles et traditionnelles avec les Etats-Unis. « Nous avons des visites régulières avec les officiels américains. Echanger avec nous et apprécier la situation sécuritaire et nous aider à renforcer la relation de coopération entre nos deux pays », a affirmé Paul Koffi Koffi. Abordant la question sécuritaire, le ministre auprès du président de la République chargé de la défense a souligné que la fièvre est tombée après les attaques du mois dernier. «Nous sortons d’une fièvre. Nous avons vécu cela en août. Cette fièvre s’est calmée parce que nous avons un dispositif assez corsé. Il appartient à nos hommes de respecter la population. Nous allons maintenir ce dispositif de sécurité. Le plus longtemps possible pour rassurer la population et les investisseurs », a-t-il rassuré. Répondant à une question sur le paiement des soldes des forces de républicaines de Côte d’Ivoire(Frci), le ministre chargé de la défense a expliqué cette mesure à l’en croire qui va permettre de contrôler les effectifs. « Ce n’est pas la première fois, nous l’avons fait l’année dernière sur trois mois. Nous l’a refaisons cette année pratiquement à la même période pour contrôler l’état des effectifs. En payant main à main, les individus sont obligés de se présenter. Puisqu’il y a eu le mouvement de certains militaires qui sortent sans permission. Probablement, il y a d’autres qui ne se présentent pas à l’appel tous les matins. Il est important pour nous que nous sachions où sont-ils ? Parce que s’ils ne sont pas là nous avons la responsabilité de savoir où ils sont. Ce sont les moyens de contrôle  et de bonne gouvernance. Mais aussi de sécurité, puisqu’il est important que les militaires soient à leur poste. D’ailleurs, vous vous rappelez que nous avons interdit les permissions. Il y a les cas exceptionnelles, à savoir humanitaire. A savoir quelqu’un qui est malade, il ya  des formations spéciales. Nous allons le faire sur un mois. On verra s’il faut proroger l’opération »,  a expliqué Paul Koffi Koffi.

 

PATRICK N’GUESSAN

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article