OTE D'IVOIRE : 402 militaires écartés de l’armée, plaident pour leur retour

Publié le par patricknguessan

Des militaires appartenant au contingent A1 de la classe 2010/2011 n’ont pas encore intégré l’armée régulière alors qu’ils auraient été recrutés conformément à la procédure en vigueur en Côte d’Ivoire. Cette situation dure depuis six mois.

Ils sont au nombre de 402 militaires qui ne feraient plus partie des effectifs des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI). C’est du moins ce que nous a confié ce vendredi, l’un des concernés par cette mesure, qui malgré notre insistance a voulu garder l’anonymat. Ce dernier affirme par ailleurs qu’après des formations militaires à Akakro et à la Garde Républicaine de Yamoussoukro, ses camarades et lui avaient été affectés dans les camps et dans les sous-groupements du pays. Aujourd’hui, ils ne comprennent pas l’attitude du nouveau pouvoir qui veut selon eux passer par tous les moyens, les écarter de l’armée. « Certains parmi nous avaient été affectés à Daloa et d’autres à Abidjan. Nous étions dans l’attente de nos numéros matricules quand la crise a éclaté. Jusqu’à ce jour, on ne nous appelle pas. L’administration étant une continuité, nous souhaitons que les nouvelles autorités militaires se penchent sur notre dossier. Nous sommes au nombre de 402 recrus qui avons terminé la Formation Commune de Base ( Fcb). Aujourd’hui, nous plaidons pour notre intégration au sein de l’armée ivoirienne,» a ajouté ce militaire. Des négociations avec leurs supérieurs pour leur intégration n’auraient pas abouti selon notre interlocuteur. « Nous avons rencontré certains de nos chefs qui sont bien informés du dossier. Ils refusent d’intervenir de peur de se créer des ennemis au sein de l’armée, » a-t-il insisté, avant de dénoncer la mauvaise foi du chef d’Etat major. « Le mercredi dernier, nous avons rencontré l’actuel Chef d’Etat Major, le général Soumaila Bakayoko. Depuis lors la situation n’évolue pas, » a-t-il affirmé, prévenant tout de même le pouvoir en place que ses camarades et lui ont aussi reçu des formations de maniement d’armes. « Les chefs sont bien informés de notre situation. Nous avons l’impression que personnes n’est prêt à nous écouter. Nous avons subit régulièrement les visites médicales à l’Hôpital Militaire d’Abidjan( Hma) dans les règles de l’art et nos noms figurent dans les fichiers au Cma. La guerre est finie nous sommes dans la mouvance de la réconciliation, » a-t-il averti.

En attendant qu’ils aient une solution à leur problème, ces 402 militaires ont décidé de se confier au président de la CDVR, Charles Konan Banny. « Nous voulons rencontrer le Premier Ministre Charles Konan Banny, président de la Commission Vérité Dialogue et Réconciliation, afin qu’il plaide notre cas auprès des nouvelles autorités, » a déclaré enfin ce militaire qui dit mener des démarches auprès du premier ministre Charles Konan Banny pour que cette rencontre ait lieu le plus tôt possible.

Wassimagnon, KOACI.COM ABIDJAN, c

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article