Mort du colonel Gohourou Babri : Les révélations d’un officier

Publié le par patricknguessan

Le colonel-major Hilaire Gohourou, ancien porte-parole de l’Armée ivoirienne tué début avril, "tentait une médiation", lors de la crise post électorale entre les forces de l’ex-président Laurent Gbagbo et celles de l’actuel chef d’Etat, Alassane Ouattara, selon un officier de l’état-major des Armées. Gohourou a été blessé par balle, le 4 avril à Cocody, avant de succomber à l’hôpital, "alors qu’il tentait une médiation" pour "éviter une hécatombe" à la Côte d’Ivoire, a déclaré hier vendredi 21 octobre le colonel-major Noël Koffi Ngoran, dans une oraison funèbre, lors d’une cérémonie d’hommage militaire et de transfert du corps à la famille du défunt. Le colonel-major Ngoran a salué les qualités de franchise et de bonne humeur de Gohourou, un homme adulé par la population dans son rôle de porte-parole, honoré de la Médaille de chevalier de l’ordre national. Un défilé militaire a été exécuté par plusieurs détachements dont des forces terrestres, des forces aériennes, la Marine nationale et les Sapeurs pompiers militaires, en présence d’un représentant du ministre délégué à la Défense, du chef d’Etat-major général des Armées, Soumaïla Bakayoko, de l’ex-chef d’état-major, le général de corps d’Armée Philippe Mangou et de plusieurs autres officiers, parents et amis.  L’ancien ministre de la Défense, Michel Amani N’Guessan,  Sébastien  Dano Djédjé et des responsables  du Fpi ont pris pas à cette cérémonie. Le corps de Gohourou né le 31 décembre 1956 dans  la région  de Gagnoa  ainsi  qu’un drapeau ont été remis à la famille.

Patrick N’Guessan

 

Publié dans POLITIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article