Jeannot Ahoussou-Kouadio (Premier ministre) : « Je rends hommage au président Henri Konan Bédié »

Publié le par patricknguessan

Après sa nomination en tant que Premier ministre et chef du gouvernement de la République de Côte d’Ivoire  par le président de la République, Alassane Ouattara, Jeannot Ahoussou-Kouadio Jeannot s’est prêté aux questions des journalistes. Nous vous proposons ses propos.

Sem Alassane Ouattara vient de me nommer Premier ministre. Je voudrais lui dire merci. Merci du fond du cœur,  et lui exprimer ma profonde gratitude pour cette confiance qu’il vient de m’accorder. En ce moment bien précis, je suis plein d’émotions. Mes premières pensées vont à l’endroit du président Henri Konan Bédié, mon parrain politique. Je lui exprime ma profonde gratitude pour sa bienveillance à mon endroit, pour avoir conduit mes pas dans la politique. Je voudrais aussi vous rassurer que je mesure l’ampleur politique que le président de la République, Alassane Ouattara, vient de poser à l’endroit de la famille du Rhdp qui, Hier,  à Yamoussoukro, a prouvé devant la nation entière sa cohésion et sa solidarité. C’est dans le sens de continuité, de la solidarité, que j’appréhende mes nouvelles fonctions. Nous entendons marcher dans les pas du bâtisseur de cette nation ivoirienne, notamment le président Félix Houphouët-Boigny. Il a tracé le chemin lumineux pour la Côte d’Ivoire. Le président Alassane Ouattara étant un de ses disciples, nous pouvons aller dans la continuité, pour aider la Côte d’Ivoire qui sort d’une crise(…). Tout est priorité. Vous avez parlé d’insécurité, il y a la hausse des prix des denrées de première nécessité, la question de l’école et la corruption dans nos sociétés. Nous avons conscience de tous ces problèmes. Nous inscrivons cela dans nos priorités, dans notre programme de gouvernement. A l’impossible, nul n’est tenu ! Nous ferons ce que nous pouvons faire, pour faire face à ces difficultés. Nous avons un président de la République qui est un banquier central, un grand macro-économiste. Ces dimensions de problèmes économiques seront réglées. Quant au problème d’insécurité, n’oublions pas qu’il y a 14.000 prisonniers qui se sont évadés de toutes les prisons. C’est au fur et à mesure que ces prisonniers sont rattrapés et conduits dans les maisons d’arrêts (…). La Côte d’Ivoire est au travail. Il faut aller résolument  vers le travail qui nous attend (…). Nous allons continuer le dialogue avec le Fpi. Nous parlerons avec tous les Ivoiriens. Nous allons rassembler toutes les filles et fils de la Côte d’Ivoire.

Propos recueillis par PATRICK N’GUESSAN

 

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article