Crise au Mali La Cedeao sur le pied de guerre

Publié le par patricknguessan

*Fermeture des frontières des Etats membres de la Cedeao, sauf pour les cas humanitaires

*

Gel des comptes du Mali à la Bceao

Des chefs d’Etat membres de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) devaient rencontrer le chef du Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'Etat (Cnrdre), le capitaine Amadou Haya Sanogo, hier à Bamako. Pour des raisons de sécurité, les délégations des Chefs d’Etat de Côte d’Ivoire, président en exercice de la Cedeao, Alassane Ouattara, du président du Nigeria, représenté par le ministre des affaires étrangères, du président du Bénin, Boni Yayi, président du Niger, Mahamadou Issouffou, de la présidente du Libéria, Ellen Sirleaf et du président du Faso, Blaise Compaoré n’ont pu atterrir à Bamako. Après ce camouflet, les chefs  d’Etat de la Cedeao ont tenu une réunion d’urgence à l’aéroport Félix Houphouët Boigny d’Abidjan, pendant plusieurs heures. Au terme de cette rencontre, un communiqué final a été lu par le président de la commission de la Cedeao, Désiré Kadré Ouédraogo. Les chefs d’Etat ont exigé l’application des mesures du sommet extraordinaire de la Cedeao du mardi 27 mars, c’est-à-dire le retour à l’ordre constitutionnel. En cas de non-application de ces mesures, dans 72 heures, d’ici le lundi 02 avril, les chefs d’Etat de la Cedeao prendront  soit des sanctions politiques, diplomatiques, économiques et financières  draconiennes contre les membres de la junte et leurs soutiens.  Les pays de la Cedeao sont prêts à soutenir le Mali dès le retour à l’ordre constitutionnel. Le Président du Faso, Blaise Compaoré est chargé du suivi de l’application de ces mesures. Quant au  président de la commission de la Cedeao, Désiré Kadré Ouédraogo, il devait  transmettre ces mesures à l’Ua pour information et actions appropriées. En ce qui concerne la rébellion dans le nord malien, les Chefs d’Etats de la Cedeao ont exigé un cessez- le feu immédiat.

 1-Sanction politique et diplomatiques

-Suspension du Mali de toutes les instances de la Cedeao

-Rappel des ambassadeurs des Etats membres de la Cedeao accrédités au près de la République du Mali pour consultation

-Interdiction des membres du Cnrdre et leurs associés de voyager dans l’espace Cedeao

-Fermeture des frontières des Etats membres de la Cedeao, sauf pour les cas humanitaires

 

2-Sanctions économiques

-Gel des avoirs des différents responsables du  Cnrdre et de leurs associés dans les pays membres de la Cedeao

-Fermeture au Mali des ports des pays côtiers de la Cedeao

3-Sanctions financières

Gel des comptes du Mali à la Bceao

Non approvisionnement des comptes de l’Etat malien dans les banques privées à partir de la Bceao

Gel des concours financiers à partir de la Boad et de la Bidc

Autre sanctions

Gel de la participation du Mali à toutes participations sportives et culturelles au sein de l’espace Cedeao

Patrick N’GUESSAN

Publié dans POLITIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article