Côte d’Ivoire: Soro sera reconduit PM après les législatives

Publié le par patricknguessan

guillaume-soro-mLe Premier ministre ivoirien, Guillaume Soro sera à son poste pendant "au moins un an" après les législatives, même s’il est élu député, a révélé jeudi un de ses proches à  

Nommé pour la première fois Premier ministre en avril 2007 par l’ancien président Laurent Gbagbo et reconduit en avril 2011 par l’actuel chef de l’Etat, Alassane Ouattara, M. Soro restera à son poste après les législatives du 11 décembre, selon une source proche de la Primature.

Egalement patron de l’ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) qui avait occupé la moitié nord de la Côte d’Ivoire suite à l’échec en septembre 2002 de son coup d’Etat contre M. Gbagbo, M. Soro est candidat aux législatives à Ferkéssédougou, sa ville natale située au nord, sous la bannière du Rassemblement des républicains (Rdr, parti au pouvoir).

M. Soro envisage devenir un membre actif du parti présidentiel, dans lequel il "aspire à de hautes fonctions", selon la même source.

Agé de 39 ans, M. Soro fut ancien secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire dans les années 90 et est devenu chef rebelle en 2002 avec l’éclatement de la crise militaro-politique.

Après des négociations sous l’égide du président burkinabé, Blaise Compaoré, dans le cadre d’un dialogue ivoirien, dit dialogue direct, conclu en mars 2007 entre MM. Gbagbo et Soro, ce dernier devint chef de gouvernement ayant la responsabilité de sortir le pays de la crise.

Le deuxième tour des présidentielles tenu le 28 novembre 2010 a donné vainqueur M. Ouattara, selon les résultats de la Commission électorale indépendante (Cei) soutenue par la Communauté internationale, M. Gbagbo réélu, selon les chiffres proclamés par le Conseil constitutionnel.

La polémique autour de ces résultats ont débouché sur une crise post électorale avec la reprise des hostilités sur les lignes de front qui ont abouti à l’arrestation de M. Gbagbo en avril à Abidjan.

Après la crise, le mouvement rebelle n’a pas été dissout mais s’est refusé de se muer en parti politique et a affirmé son attachement au Rdr en vue de donner à M. Ouattara une majorité à l’Assemblée nationale.

 

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article