Côte d’Ivoire: Le gouvernement devrait protéger les habitants de Bouaké et désarmer les anciens combattants

Publié le par patricknguessan

Le gouvernement ivoirien devrait s’attaquer d’urgence au problème de l’explosion de la criminalité à Bouaké, la deuxième ville du pays, et dans ses environs, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Le gouvernement devrait prendre sans tarder des mesures pour désarmer les anciens combattants qui sont généralement considérés comme étant impliqués dans ces crimes, et équiper de manière adéquate la police et les gendarmes pour leur permettre de protéger la population et d’enquêter sur ces violences, a ajouté Human Rights Watch. Depuis début décembre 2011, au moins 22 personnes ont été victimes de meurtres dans le centre de la Côte d’Ivoire, alors qu’elles se déplaçaient à moto ou en transport en commun. Des survivants et des témoins de ce genre d’attaques originaires de Bouaké et interrogés par Human Rights Watch ont décrit 15 incidents, dans lesquels au moins 13 hommes ont été tués par balles et cinq femmes ont été violées. Des habitants de Bouaké ont indiqué que de tels actes de banditisme sur les routes se produisaient quotidiennement et reflétaient une hausse frappante de la criminalité violente, qui a pour effet de perturber gravement la vie quotidienne. Des résidents ont affirmé que la police et les gendarmes ne les avaient pas protégés de ces violences et qu’ils n’avaient pas non plus enquêté de façon appropriée sur ces attaques.

Patrick N’GUESSAN

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article