Avant le bureau politique du Pdci-Rda/ Frédéric Kouamé (pdt des enseignants) attaque. « La direction a manqué de fermeté »

Publié le par patricknguessan

Frédéric Kouamé, président des enseignants du Pdci-rda a produit une déclaration dont nous avons reçu copie. Si le Pdci-Rda cherche ses marques, «C’est bien parce que quelque part nous n’avons  pas réussi à nous adapter au temps ou aux réalités du moment », a-t-il estimé.

Depuis quelques temps, plusieurs interrogations venant de la presse écrite et de certaines personnes portent sur la vie du PDCI-RDA, notamment sur son avenir par rapport à la configuration politique actuelle. Vu la récurrence de ces interrogations, les Enseignants militants du PDCI-RDA voudraient, à travers ces quelques lignes, apporter leur modeste contribution sur cet important sujet. D’abord, à titre d’information ou de rappel selon les générations, il convient de  noter que le PDCI-RDA est le Parti qui a conduit la destinée de la Côte-d’Ivoire sous Félix HOUPHOUET-BOIGNY, depuis son accession à l’Indépendance  en  Août 1960 jusqu’au funeste coup d’’Etat de Décembre 1999 sous Henri Konan BEDIE, deuxième Président de la République de Côte-d’Ivoire.   Pendant les quarante (40) années de règne, le PDCI-RDA avait pris plusieurs coups dans sa gestion entre autres en 1990, 1993, 1995 et en 1999. Malgré ces très graves coups, les militants PDCI sont restés  disciplinés, attachés à la paix et à tout ce qui relève des valeurs morales. Même quand le PDCI-RDA avait été privé de la course présidentielle en 2000 et tout près de nous quand notre candidat, le Président BEDIE, à la surprise générale, avait été recalé au 1er tour de la  présidentielle de 2010, les militants PDCI sont restés dignes dans la douleur, au point qu’ils ont eu toutes les ressources nécessaires pour accompagner le candidat du RHDP pour ne pas dire du RDR jusqu’à la victoire finale de cette importante élection.   Comme on le voit, les militants PDCI demeurent toujours épris de paix, toujours fidèles aux idéaux du Parti et très respectueux du Che Alors à la question : “Quel PDCI-RDA avec quel(s) militant(s)pour la pérennité du Parti ?˝, les Enseignants PDCI trouvent que le PDCI-RDA a, de façon naturelle, tout ce qu’il lui faut pour demeurer un Parti leader, un Parti fort, un Parti gagneur en dépit de la configuration politique actuelle. Le PDCI-RDA est implanté partout en Côte-d’Ivoire. Il appartient à toutes les régions du pays, à toutes les ethnies ivoiriennes, à toutes les générations, à toutes les confessions religieuses et à toutes les couches sociales  et professionnelles. Au contraire de certaines personnes qui ont eu des responsabilités dans le Parti et qui ont manqué de fermeté par moments, la Base, quant à elle, est toujours ferme et inébranlable. Elle attend de recevoir les instructions devant contribuer à l’épanouissement du Parti. Les nombreux clubs et mouvements de  soutien au  PDCI-RDA sont la preuve que la Base veut se mettre au service du Parti. Il suffit de déterminer et de  fixer clairement les objectifs à atteindre et de se donner les moyens de les réaliser pour un PDCI-RDA encore plus grand. Les moyens ne sont pas que financiers ; ils sont aussi matériels et surtout humains. Quels que soient les moyens financiers et matériels, il faut des Hommes de conviction, des Hommes de devoir qui vont au charbon et qui sont loyaux vis-à-vis de leur Chef et de leur Parti, faute de quoi le résultat sera chaque fois en deçà des espérances. C’est pourquoi au sein du Parti, il faudra instituer un système d’évaluation du travail des militants. Cette évaluation doit être objective en vue d’un bilan partiel clair à chaque étape du parcours politique.   Cet exercice, hautement politique et scientifique  permet de voir ce qui    n’a pas été, là où il faut un peu plus d’efforts ou même de changer     simplement de méthode de travail. Si cette évaluation est effectivement   objective, elle peut aider à opérer des choix objectifs s’agissant des   animateurs du Parti, des candidats à des postes électifs et de tous ceux     qui auront quelques responsabilités à assurer au sein du Parti. Etant du milieu scolaire, prenons l’exemple de l’Enseignement télévisuel introduit dans le système éducatif (au niveau du Primaire) dans les années 70 et 80. Dès que les responsables  de l’Ecole ivoirienne ont réalisé que ce type d’enseignement ne garantissait pas le succès attendu, on s’en est séparé et on est revenu à l’enseignement classique. Lorsque l’on se rend compte qu’une méthode pédagogique ne s’accommode pas aux élèves ou aux étudiants, soit on la revoit en l’améliorant, soit on cherche une autre méthode plus performante et plus efficace qui favorise le travail à l’Ecole.  Donc pour revenir sur le PDCI-RDA, disons que si nous n’arrivons pas à nous retrouver depuis 1999 en nous souvenant de 1990, 1993 et 1995, c’est bien parce que quelque part nous n’avons  pas réussi à nous adapter au temps ou aux réalités du moment.  Le problème est à ce niveau. Prenons  par exemple le processus électoral  en cours allant des audiences foraines à la Présidentielle de 2010 et aux législatives de 2011 en passant par l’enrôlement des populations ; avions-nous travaillé honnêtement et scientifiquement pour nous attendre à meilleurs résultats? Sincèrement que non ; nous avions gardé nos habitudes  de Parti unique, de Parti au Pouvoir  sans nous intéresser au travail porteur.  Avec des bilans partiels, nous aurions fait mieux que ce que nous avons obtenu. Toutefois, la sagesse ayant chaque fois prévalue au PDCI-RDA, il faut espérer qu’elle soit à nouveau au rendez-vous  pour que l’avenir du Parti se prépare dans de très bonnes dispositions, à travers le tout prochain Bureau Politique. En revoyant  la méthode de fonctionnement et le type d’animateurs en adéquation avec les réalités du terrain, ce sera certainement un PDCI-RDA très soudé et très fort avec sa très longue et enrichissante expérience qui s’évertuera à relever tous les grands défis. Les militants de Base, quant à eux, sont  bel et bien en place. Ils attendent une orientation claire des choses de la part des décideurs du Parti pour qu’ils se mettent au travail comme toujours.  Ainsi pour répondre à cette question du jour, disons qu’un avenir lumineux du Parti est envisageable. Seulement il faut y croire et travailler dans ce sens pour assurer la pérennité du PDCI-RDA.

   Le Président National des Enseignants PDCI

 

KOUAME Frédéric

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article